© Crédit Sharpen Pictures 2018

Lisa RouxInstitut interdisciplinaire de neurosciences (IINS) - CNRS / Université de Bordeaux

ATIP-Avenir
Olfaction et mémoire
,

Mes recherches

Pendant ma thèse (2007-2011, Université Pierre et Marie Curie/Collège de France, directeur : C.Giaume), j’ai étudié les interactions entre les circuits neuronaux et les réseaux de cellules dites « gliales » dans le système olfactif. Mes travaux de post-doctorat dans le laboratoire du Pr Buzsáki (2012-2017, New York University, U.S.A.) ont permis d’identifier des mécanismes à la base des oscillations neuronales dans l’hippocampe, ainsi que leur fonction dans la mémoire spatiale. Ces travaux m’ont valu l’obtention d’un financement prestigieux du NIH en 2015 (K99 Pathway to Independance Award). Pour la suite de mon parcours, j’ai choisi d’étudier les bases neurales de la mémoire sous l’angle de l’olfaction. Sur la base de ce projet, en 2017, j’ai été recrutée au CNRS en tant que Chargée de Recherche ainsi que sélectionnée - dans le cadre du projet Neurocampus - pour créer une nouvelle équipe de recherche au sein de l’IINS (UMR 5297 / Université de Bordeaux). La création de mon équipe a été également soutenue par l’obtention d’une chaire d’excellence de l’IdEx de l’Université de Bordeaux ainsi que par le programme ATIP-Avenir dont je suis devenue lauréate la même année. Depuis, j’ai été récompensée par le Prix Claude Paoletti 2018 décerné par l’Institut des Sciences Biologiques du CNRS. En 2019, j’ai obtenu un ERC Starting Grant pour un projet intitulé sociOlfa : ce dernier vise à identifier comment les odeurs sociales sont traitées par le cerveau de la souris pour lui permettre d’identifier ses congénères (mémoire sociale) et leurs territoires (mémoire spatiale).

Mon projet ATIP-Avenir

Le cortex olfactif : un potentiel substrat neurophysiologique pour la mémoire olfactive.

Chez de nombreuses espèces animales, l’odorat est une modalité sensorielle nécessaire à l’établissement de comportements cruciaux pour la survie de l’individu (alimentation, reproduction, navigation spatiale, interactions sociales…). La signification associée aux odeurs rencontrées, qui permet la production de comportements adaptés, est dans la plupart des cas apprise par expérience. Mon but est d’identifier les mécanismes neuronaux impliqués dans la formation, la consolidation et le rappel de traces mnésiques en lien avec l’olfaction.

Le cortex olfactif est exceptionnellement plastique et présente des connexions bidirectionnelles avec une structure clé de la mémoire : l’hippocampe. Ce projet vise à étudier les mécanismes de réseaux mis en jeu, au sein du cortex olfactif, lors de la formation d’une mémoire associative (odeur associée à une récompense) et d’une mémoire de type « sociale » (mémoire de l’individu).

Ce projet met en œuvre des techniques avancées qui permettent d’enregistrer et manipuler de larges populations de neurones dans l’animal libre de ses mouvements (électrophysiologie via multi-électrodes, stratégies « closed-loop » en optogénétique, olfactométrie, suivi 3D de la position des sujets dans l’espace).

Lisa Roux est également lauréate ERC Starting Grant 2019.