© Crédit Galichon Pierre 2019

Pierre Galichon«Maladies rénales fréquentes et rares : des mécanismes moléculaires à la médecine personnalisée » APHP - Inserm / Sorbonne Universités

ATIP-Avenir
Mécanismes de Réparation Rénale: de la physiologie à la thérapeutique
,

Mes recherches

Mon activité médicale en Néphrologie aiguë et mon activité de recherche centrée sur les mécanismes de réparation rénale convergent vers la compréhension des mécanismes de résilience rénale après une agression aiguë et vers la mise au point de stratégies thérapeutiques visant à protéger le rein d'une agression aiguë, à court et à long terme. Après une thèse à l'Université Pierre et Marie Curie, j'ai poursuivi mes recherches au cours d'un postdoctorat à Boston, (Pr Bonventre, Harvard Medical School), avant d'être recruté sur un poste de Maître de Conférence des Universités - Praticien Hospitalier dans le service de Tansplantation Rénale d'APHP.Sorbonne Université, et de lancer mon laboratoire à l'Inserm UMR_S1155 grâce au soutien du programme ATIP-Avenir, pour étudier une approche thérapeutique basée sur le contrôle au cours du temps de voies protectrices naturelles du rein.

Mon projet ATIP-Avenir

Mechanisms of Renal Repair (MRR)

Après une agression rénale, les cellules tubulaires prolifèrent pour réparer l'architecture rénale. Nous avons identifié Nupr1 comme un gène protecteur contre les lésions aiguës de toxicité rénale de la ciclosporine. Dans l'épithélium tubulaire, Nupr1 améliore la survie cellulaire et l'équilibre énergétique, mais inhibe la prolifération. La prolifération cellulaire fragilise l'équilibre énergétique de la cellule. Nous faisons l'hypothèse que Nupr1 protège l'épithélium tubulaire rénal en préservant l'équilibre énergétique cellulaire grâce à son inhibition de la prolifération. Nous voulons identifier les mécanismes moléculaires d'inhibition de la prolifération par Nupr1, et en dériver une approche thérapeutique ciblée sur l'homéostasie énergétique afin de protéger le rein des lésions aiguës et de favoriser son retour à une fonction normale après l'agression. Dans ce but, nous allons évaluer une approche thérapeutique originale de biothérapie ciblée sur l'épithélium tubulaire proximal du rein.